5 Pont Saint Laurent, 4800 Verviers  -  Ouvert tous les jours  

Le resto et ses patrons

Stavros et Athanase

En 1986, les frères Agelakis s'installent comme restaurateurs au pont Saint Laurent à Verviers en Belgique. Grecs d' origine et verviétois de cœur, ils s'intéressent très vite à la vie culturelle et artistique de leur ville.

Ils rencontrent Jean Lequeu et son cousin René Hausman. Le courant passe aussitôt. Tout comme Jean et René, Stavros et Athanase sont passionnés par les légendes, les contes... 

On ne se lasse d'ailleurs pas d'écouter Stavros raconter la mythologie grecque en la ponctuant d'interjections wallonnes.

L'amitié bien installée, le quatuor passe au stade des affaires. Les frères Agelakis, dont le restaurant s'appelle l'Ogre de Barbarie, commandent à René Hausman une enseigne, et à Jean Lequeu une sculpture. Ces derniers s'attachent à représenter l'ogre. (Ne peut on y voir leurs autoportrait respectifs ?...)

Ce cap franchi avec succès, Stavros et Athanase en veulent plus. Ils commandent à René une série de tableaux représentant des scènes de la vie de l'ogre et de son entourage, et à Jean des sculptures sur le même thème. Résultat, quand vous franchissez la porte du restaurant, vous pénétrez dans un monde magique, un univers féerique et drôle. Les sculptures nichées dans les murs ou escaladant les poutres vous regardent avec pleins de sous-entendu... et les tableaux vous plongent dans les décors débordant de magie et de ... nourritures.

Stavros et Athanase Agelakis font partie de cette race en voie d'extinction que sont les mécènes.

Fr. Villers

Revue de presse

Le resto l’Ogre de Barbarie a 30 ans!

12/11/2016 - L'avenir

C’était en octobre 1986: les frères Agelakis, Stavros et Athanase, décident de reprendre l’ex «Barbagir» situé Pont Saint Laurent à Verviers. En quête d’un nom et largement inspiré par un artiste qui leur est cher, feu René Hausman, ils décident de la baptiser «L’ogre de Barbarie» en référence aux personnages de l’illustrateur et auteur verviétois de bande dessinée.

Lire la suite

Sous le regard de l'ogre

05/11/03 - Vers l'avenir

Entre les deux places du centre, on mange très correctement sous le regard protecteur de L'Ogre de Barbarie (c'est aussi le nom du restaurant).

La maison a levé ses volets en 1987. Depuis lors, les frères Stavros et Athanase, deux Grecs arrivés enfants à Verviers, tiennent le cap avec la régularité d'une mécanique horlogère.

Lire la suite

Les bonnes tables

Guy Lemaire

Joli jeux de mots entre"l'ogre" et "l'orgue" de Barbarie. En fait de "barbares", ce sont deux frères bien de chez nous, mais originaires d'ailleurs, qui sont aux commandes, depuis une petite quinzaine d'années, de cette adresse que les Verviétois connaissent bien. Et pour cause puisqu'elle a pignon sur rue au Pont Saint-Laurent qui relie les deux places (Verte et du Martyr) de la cité des bords de Vesdre.

Lire la suite

Flair l'hebdo

28/10/99

Situé en plein cœur de Verviers (Belgique), l'Ogre de Barbarie donne l'impression d'être une simple taverne comme tant d' autres. Ce n'est qu'au premier coup d'œil. Certes la carte est classique (cuisine française) mais l'intérieur est peuplé de lutins et autres personnages tout droit sortis de l'imagination du dessinateur verviétois Hausman et de celle du sculpteur Jean Lequeu.

Lire la suite


Les trapézistes voltigent au-dessus de votre tête tandis qu'un petit monstre vous regarde du coin de l'œil, assis tranquillement dans un coin du mur, le tout sous le regard attentif du fameux Ogre de Barbarie qui trône au-dessus du comptoir. Le décor est dans les tons de jaune, vert et brique.

Pour en venir à la carte elle est assez complète. Elle présente des entrées: salade de thon, salade grecque, salade tiède de scampi, scampi à l'ail, fondus ardennais... Des grillades: brochettes, steaks, côtes à l'os, gigots, barbecue... Des couscous: côtes d'agneau, poulet, merguez ou encore de l'Ogre... Des moules: nature, au paprika, au pineau, au curry, au poivre vert, au vin blanc, à l'ail... Mais aussi des poissons: filets de sole aux crevettes grises, saumon grillé, calamars, scampi... et des volailles. Pour ce qui est des desserts: café liégeois, crêpes, sorbets, tiramisu, dame blanche et noire... Quant à la carte des vins, elle est garnie en suffisance et propose plusieurs 1/2 bouteilles, le tout à des prix très raisonnable.

Une bonne raison d'y revenir.

Stavros et Athanase Agelakis sont d'origine grecque... Vous ne l'auriez pas deviné! Mais c'est ici, à la suite de leur père, qu'ils ont choisi de faire leur vie et de mener carrière.

Ils ne prendront pas ombrage que j'écrive qu'on vient d'abord chez eux pour le cadre. En effet, d'emblée,ils ont eu la riche idée de confier à un de leurs amis, la décoration du lieu. L'extraordinaire René Hausman, formidable dessinateur enchanteur, a illustré ce thème au doux ogre, qu'il incarne si bien lui-même. Les murs du restaurant, qui tient en une seule pièce, se prêtent à des dessins originaux, inspirés, chatoyants et nécessairement gourmands.

Et ce ne serait encore rien si l'incomparable Hausman n'avait entraîné dans son doux délire son ami (et cousin) Jean Lequeu, professeur à l'Académie de Liège et sculpteur fortement inspiré qui a su apporter au thème les trois dimensions qu'il justifie. On ne se lasse ni des dessins de l'un ni les sculptures de l'autre. Elles accompagnent un repas nécessairement gargantuesque et plutôt bien tourné. Les deux frères se relayent au "piano". Ce qui leur permet de garder le double contact avec la salle et avec le tour de main professionnel.

Accueil chaleureux, vous l'aurez compris. Cuisine simple, et qui plaît. Des moules en saison, des grillades, des couscous, des petites entrées d'ici (fondus ardennais) et de là-bas (salade grecque, et ail bien présent avec les champignons, les escargots, les scampi et les crevettes). Les brochettes sont à la fête, le couscous se décline en une demi-douzaine de préparations. Les plats sont servis, à votre choix, avec des frites, du riz, des pommes braisées ou des pâtes grecques.

C'est le genre de maison qui préfère les produits frais et sait se montrer exigeante sur la qualité de la viande. Bière fraîche et, ce qui ne gâche rien, sélection de vins bien élevés, avec de petites suggestions façon "coup de cœur".

Une adresse qui tranche sur l'ordinaire grisâtre pour toutes ces raisons énoncées. Et qui appelle immanquablement à la fête, d'autant que la programmation musicale a de l'allure.

A la carte, grillades et couscous (couscous brochettes , barbecues: merguez, brochette, agneau , accompagné de pommes au four, de riz, de pâtes grecques ou... de frites, et d'une belle salade).

L'endroit est peuplé des dessins colorés du pantagruélique artiste verviétois René Hausman (le père des fameux bestiaires). Le dessinateur adore se mettre en scène. L'ogre rougeaud qui sert d'enseigne au restaurant, c'est lui. Le compagnon du Petit Chaperon rouge, c'est encore lui. Le mari de la jeune mariée, c'est toujours lui.

Hausman a aussi amené dans la maison les personnages sculptés de son cousin Jean Lequeu. Alpiniste et trapézistes occupent le ciel du restaurant.

A voir.


L’Ogre de Barbarie

Pont Saint Laurent 5
4800 Verviers

Tél: 087 33.78.87 - 0486 709075
agelakis.stavros@gmail.com